Causes et conséquences d’un AVC

Un AVC – accident vasculaire cérébral – est un déficit neurologique, une défaillance de la circulation sanguine dans une région du cerveau. Il est la première cause de handicap en France.

Les personnes les plus touchées sont les seniors, à savoir celles de plus de soixante ans mais un AVC peut parfaitement survenir avant quarante-cinq ans.

risques davc

Les causes de l’AVC : explication médicale

Un obstacle à l’intérieur d’une artère cérébrale est responsable dans la plupart des cas d’un AVC. Cela peut être un caillot ou une plaque de lipides avec pour conséquence une baisse de l’apport du sang.

Le caillot peut parfois se résorber, en quelques minutes, n’engendrant a priori pas de séquelles. On parle alors d’accident ischémique transitoire.

Moins fréquent mais très grave, l’AVC peut être causé par une hémorragie cérébrale. Cette dernière peut survenir à la suite d’une rupture d’anévrisme, d’une hypertension artérielle ou encore d’un problème de coagulation.

En savoir plus : les politiques de viellesse

Les conséquences de l’AVC : la liste

Les séquelles vont très largement dépendre de la région touchée du cerveau. Elles sont proportionnelles à la privation d’oxygène de cette dernière. Les différentes conséquences de l’AVC sont ainsi assez diverses :

Grande difficulté pour parler, perte totale de l’usage de la parole

  • Une paralysie partielle ou totale
  • Problèmes de mémoire, incapacité d’écrire, troubles de la vision
  • Perte de connaissance ou décès de la personne.

L’hypertension : stress et cholestérol

Les facteurs de risque sont pour la plupart parfaitement connus. Certains peuvent être évités par simple prévention, comme avoir une alimentation équilibrée, la modération de sa consommation d’alcool ou encore la suppression du tabagisme. La pratique d’une activité sportive est également prophylactique.

L’hypertension artérielle est quant à elle responsable de près de la moitié des risques hémorragiques. Mettre en place des actions pour la réduire est fondamental.

Pour clore, le stress ou un taux de cholestérol élevé sont des facteurs de risque à ne pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *